• ADLP

Le Brexit et La Question Irlandaise

Depuis l'annonce du référendum de 2016 lorsque le Royaume-Uni a voté pour quitter l'Union européenne, il y a eu une escalade de tensions sur ce que cela pourrait signifier pour diverses questions domestiques, notamment celle de l'Irlande du Nord. Il s'agit d'un thème récurrent qui n'a pas cessé de revenir sous le projecteur tout au long du processus du Brexit pour une raison très importante, son histoire. Il y a eu trente ans de guerre civile entre les loyalistes de l'Union au nord et les républicains du sud qui souhaitaient l'indépendance totale des Britanniques. Cette guerre civile a pris fin avec l'accord du Vendredi Saint où la République d'Irlande a abandonné sa revendication territoriale sur l'Irlande du Nord. Cependant, le processus de paix de 20 ans n'a pas éliminé toutes les divisions au sein du pays, ce qui rend la question de la frontière irlandaise très délicate. Cela est particulièrement évident par la façon dont les crimes nationalistes et loyalistes ont augmenté depuis 2010/11 en Irlande du Nord, le plus connu étant la bombe Omagh, qui a été l’attaque paramilitaire la plus meurtrière dans le pays avec un bilan de 29 morts.


C'est l'adhésion à l'Union européenne qui a permis l'accord en 1998 car elle a permis le libre-échange et la libre circulation entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande. Maintenant que le Royaume-Uni a décidé de quitter l'UE, beaucoup craignent que cela entrave la paix et encourage la violence des deux côtés. L'importance de l'Irlande du Nord a certainement joué un rôle dans la décision de l'ancienne Première ministre, Theresa May. Après avoir affirmé à plusieurs moments qu’ « un sans accord est mieux qu’un mauvais accord », la Première ministre a stratégiquement changé de cap pour conclure un accord avec le parti travailliste dans la mesure où un sans accord pesait lourdement sur la frontière irlandaise. En conséquence, Theresa May a proposé un accord qui aurait un filet de sécurité pour garantir qu'il n'y aura pas de frontière dure, agissant comme une assurance, même si aucun accord formel ne pouvait être conclu sur les accords commerciaux et de sécurité, l'Irlande du Nord resterait à la douane de l’union ainsi qu'une grande partie du marché unique. Cela créerait effectivement une frontière sans friction avec la République d'Irlande. Cependant, la Chambre des communes a rejeté cet accord trois fois, estimant que l'accord laissait l'Irlande du Nord trop étroitement alignée à l'UE. Pendant ce temps, le nouvel accord de Boris Johnson supprime le filet de sécurité controversé et verra à la place Belfast quitter l’union douanière de l’UE et avoir son mot à dire sur les futurs accords frontaliers.


Malgré l'accord de Boris Johnson empêchant une frontière dure entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande, il semblerait que la menace de violence persiste. Dans le cadre de cet accord, la frontière irlandaise serait déplacée le long de la mer d'Irlande, séparant ainsi l'Irlande du Nord du reste du Royaume-Uni. Une telle séparation du Royaume-Uni a provoqué la colère de nombreux loyalistes Irlandais car un tel accord selon eux pousserait finalement l’Irlande du Nord vers Dublin. Il s'agit d'une décision susceptible d'augmenter les chances de réunification irlandaise, ce qui pourrait entraîner une augmentation de la violence. Cette idée d’augmentation de la violence est renforcée par le chef du Service de police d'Irlande du Nord (PSNI) qui affirme qu'il existe un risque de troubles loyalistes si le Brexit menaçait l’union. Si un référendum se passait, il serait probable que bien qu’il y ait une majorité pour la réunification irlandaise, de nombreuses personnes seraient contre et certains d’entre eux utiliseraient la violence pour s’opposer à la réunification.


De plus, ce n'est pas seulement une question de désordre loyaliste, car cela pourrait entraîner une plus grande violence de la part des nationalistes qui souhaitent l'unification totale. Le nouveau groupe paramilitaire irlandais a déclaré que, quel que soit le type d'infrastructure frontalière, il constituerait une « cible légitime d'attaque ». Il a ajouté : «Il n'y a pas de frontière irlandaise. C’est une frontière britannique ». Il semblerait donc que la menace de violence soit très présente. Lors des dernières élections générales au Royaume-Uni, l'Irlande du Nord a élu plus de députés nationalistes que d’unionistes pour la première fois de son histoire. Ces députés nationalistes ont exigé un referendum sur une Irlande unie à la suite du Brexit.


Lorsqu'on se demande s'il y aura un retour à la violence en Irlande, il est important de regarder comment les gens regardent le conflit. Ce qui est inquiétant, c'est l'idée que la jeune génération d'Irlande du Nord a une idée fantasmée du passé. Des recherches menées en février 2019 ont révélé que la question de la « perte de mémoire du préjudice » touche ceux qui viennent de naître ou qui sont nés après l'Accord du Vendredi Saint de 1998. Plusieurs personnes ont reproché à la génération plus âgée de ne pas avoir suffisamment éduqué la jeune génération, car tant de jeunes ne réalisent pas les conséquences dévastatrices de la violence à la frontière. Cette situation est inquiétante car connaître le passé de l’Irlande est essentiel pour comprendre les risques posés par la frontière irlandaise et cette jeune génération désillusionnée ne peut réaliser tout ce que cela implique.


Il est également important de prendre en compte les effets du Brexit et comment ses conséquences économiques pourraient encourager davantage la violence. Des chercheurs estiment qu'il existe un lien important entre l'activité républicaine et le chômage ainsi que la baisse du niveau de vie. Bien que l'effet du Brexit sur l'économie d'Irlande du Nord ne soit pas encore clair, il est susceptible d'avoir un impact important sur l'économie de ce pays. Le Brexit conduira à une perte d'accès au financement de l'UE avec des centaines de millions de livres qui ont été consacrés au maintien de la paix dans la région depuis que le Royaume-Uni a rejoint l’Union Européenne. De plus, l'Irlande du Nord fait principalement du commerce avec l'UE et, par conséquent, parmi tous les pays qui composent le Royaume-Uni, c'est probablement elle qui perdra le plus. Cela ne dépeint pas une image économique positive, notamment quand on sait que l’Irlande du Nord a voté à 55.77 % pour rester dans l'UE et qu’aucun parti politique dans cette région n'a soutenu l'accord Brexit de Johnson. La recherche a également révélé que la violence en Irlande du Nord était plus présente pendant les troubles dans les régions les plus défavorisées sur le plan économique. Ainsi, le ralentissement économique possible de l'économie pourrait amener les gens à éliminer leur frustration de diverses manières.

Il est clair pour le moment qu'il est difficile de prévoir s'il y aura un retour à la violence compte tenu des incertitudes posées par le Brexit. Cependant, une chose est claire, au vu de son histoire, la situation est très délicate et pourrait conduire à une augmentation de la violence des deux côtés.


Écrit par Alexander Moore

3 vues
  • icons8-instagram-64
  • icons8-facebook-64
  • icons8-twitter-64

© 2020 Acamdémie international de la Paix  par AB Création