Essai sur l’intégration régionale sécuritaire dans les Amériques

Mis à jour : mai 9

Placé dans le contexte de l’après-seconde guerre mondiale, le développement fulgurant des organisations régionales est associé à l’institutionnalisation croissante des relations internationales. Embrassant des problématiques variées, souvent associées aux accords de coopérations spécialisées inscrits dans les mêmes contextes géographiques, les organisations régionales créent les conditions de coopérations constructives. La problématique de la sécurité collective en fait partie[1]. La charte de l’ONU, au niveau de son chapitre VIII, encadre ainsi la participation des organisations régionales au maintien de la paix et la sécurité internationales. D’aucuns soutiennent alors l’idée que l’intégration régionale faciliterait les négociations dans des régions requérant des niveaux élevés de coordination, et sujettes à des problématiques nécessitant des approches intégrées.


La multiplication des accords d’intégration sur le continent américain ces dernières décennies témoigne en tout cas de ceci : l’intégration régionale y progresse bien[2]. En plus de l’Organisation des États Américains (OEA) comme organisation régionale, d’autres organisations sous-régionales (UNASUR, CARICOM, AEC, OLADE, CELAC, CEPAL, MERCOSUR, SICA, CAN, ALBA…) ont vu le jour dans la zone. Toutefois, dans quelle mesure cette dynamique intégrationniste essentiellement économique[3] peut-elle progresser sur les enjeux de sécurité régionale ?

Source: Questions internationales, n°55, La Documentation française, Paris, mai-juin 2012

Dans les Amériques, l’interruption chronique violente des processus démocratiques ainsi que le crime transnational organisé représentent de grands défis sécuritaires. Comme le reconnait la Déclaration de Bridgetown de 2002, les menaces, préoccupations et autres défis posés à la sécurité sur le continent américain sont divers de nature et multidimensionnels dans leur portée[4]. De telles situations présentent une menace à la paix et à la sécurité régionales. Or, en la matière, la dynamique de coopération est peu concluante comparativement à la réalité d’autres régions comme l’Afrique. Ceci, en dépit des sommets et forums dédiés à la politique de défense et de sécurité tels qu’initiés par l’OEA par exemple. C’est pourtant l’ambition de cette organisation, ne serait-ce que sur le plan normatif. Sa charte, souscrite à Bogota en avril 1948, a deux objectifs majeurs : la solution pacifique des différends régionaux et la sécurité collective[5].


Une situation où un conflit violent intraétatique ou interétatique ne ferait pas l’objet d’une tentative de résolution par une organisation régionale est difficilement envisageable aujourd’hui. Les organisations régionales demeurent ainsi une priorité pour prévenir les conflits et maintenir la paix[6]. Il y a une sorte de volonté de faire de l’échelon régional un cadre adapté à la gestion des conflits[7]. On peut relier à cette idée l’expérience africaine, avec la mise sur pied par la CEDEAO (Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest) en 1975, de l’Ecomog (Economic Community of West African States Cease-fire Monitoring Group) en 1990, et l’initiative de l’Union africaine de créer la Force Africaine en Attente (FAA) en 2003. Opérationnelle quelques années après, la FAA vise à faire face aux défis sécuritaires sur le continent, dont le terrorisme. Pour illustrer, on peut évoquer l’intervention de l’Ecomog au Libéria, qui visait à rétablir la paix dans le pays en 2003. Certains de ses résultats ont été encourageants, à notre avis, si l’on tient compte de la facilité de déploiement du personnel militaire et du niveau de confiance établi dans l’opinion publique africaine. Puissent ces facteurs encourager de pareilles entreprises dans d’autres régions dont les Amériques.


Sur le continent Américain, des coopérations dans le domaine militaire existent. On peut citer la politique de défense et de sécurité commune sur le continent, assurée par le conseil permanent de l’OEA. Dans les faits cependant, le conseil permanent agit en la matière par truchement de la commission sur la sécurité continentale, en parallèle au conseil interaméricain de défense. La constitution d’une force régionale, qui serait la matérialisation par excellence de l’intégration régionale sécuritaire, n’est pas encore à l’ordre du jour. Une telle ambition est en effet très discutée. Certains, dont Neil S. Macfarlane et Thomas G. Weiss, défendent l’idée d’une certaine division de tâches entre l’ONU et I’OEA dans la région, affirmant qu’il faudrait privilégier des interventions onusiennes lorsque la sécurité coopérative est nécessaire[8] Autrement dit, il serait préférable de ne pas chercher immédiatement à développer un appareil complet de sécurité coopérative dans les Amériques, en y préférant le soutien de I’ONU, jugé plus adapté à la gestion des crises. De fait, toutes les interventions militaires menées au nom de la sécurité collective sur le continent le sont par l’ONU. Toutefois, la participation de l’OEA et de certains États de la région a toujours ses avantages. On peut souligner, par exemple, le rôle important de l’OEA aux côtés de l’ONU dans le cadre de la toute première Opération de Maintien de la Paix en Haïti au début des années 1990.


Cependant, des obstacles demeurent. D’abord, on peut légitimement douter de la capacité de la région à mettre en œuvre les mesures appropriées en cas d’intervention nécessaire dans les États les plus influents, comme le Brésil ou le Mexique, en raison de leurs puissances économiques et militaires. Aussi, ces États, dont l’appui est essentiel pour la mise en œuvre des objectifs de sécurité coopérative[9], doivent évaluer le risque d’être un jour l’objet d’une opération militaire collective, ce qui va à l’encontre de leurs intérêts.


Ensuite, dans une logique réaliste et pour des raisons historiques, les États-Unis ne sauraient soutenir le projet d’une force régionale. Historiquement, l’hégémonie américaine dans la région est vue comme une pierre d’achoppement à la matérialisation des ambitions régionales en matière de sécurité collective. Rappelant la doctrine de Monroe au début du 19ème siècle, et la doctrine Truman dans le contexte de la guerre froide, le positionnement des États-Unis a toujours été celui d’un protecteur du continent[10]. Il est à noter que depuis la chute du bloc communiste, l’Amérique latine présente un intérêt de plus en plus stratégique pour les États-Unis. Leur présence est imposante et essentiellement militaire (forces aériennes, navales, terrestres, intelligence, logistique) en Amérique centrale, dans la Caraïbe et en Amérique du Sud.

La pertinence d’une démarche d’intégration régionale sécuritaire réside dans la préservation des spécifiés politiques et culturelles de chaque aire géographique. Les organisations régionales peuvent servir la paix et de la sécurité internationale, grâce notamment à leur proximité avec le terrain et leur compréhension informée des situations spécifiques de conflit. Sur le continent américain, les acteurs régionaux en sont globalement conscients. Les manifestations diplomatiques autour de la problématique de défense et de sécurité dans la région ont d’ailleurs abouti à des cadres stratégiques, dont la déclaration sur la sécurité dans les Amériques de Mexico[11] et celle de Bridgetown.

Toutefois, les contraintes géopolitiques et le comportement réaliste des Américains défavorisent une régionalisation plus ambitieuse des enjeux sécuritaires sur le continent. Vu son poids considérable dans la région, les États-Unis ne sauraient laisser se matérialiser des politiques de défense et de sécurité en contradiction avec leurs intérêts stratégiques dans la région, prenant en compte aussi de leur isolationnisme traditionnel en matière de sécurité et de défense. Plus catégoriquement, l’approche développée par l’OEA est marquée, par la politique extérieure nord-américaine.

En revanche, se basant sur un découpage géopolitique des Amériques inspiré des idées de Nicholas Spykman, l’élan sud-américain en matière de sécurité et de défense pourrait être encouragé. Il passerait d’un côté sur la construction d’un équilibre de puissance entre l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale, les Caraïbes et l’Amérique du Sud ; et d’un autre côté sur l’encouragement de l’élan sud-américain en matière de sécurité et de défense dans le cadre de l’Union des nations sud-américaines (UNASUR). Une telle politique, dans le meilleur des cas, avec l’effective implication du Brésil[12][13], pourrait contrebalancer l’influence nord-américaine et la position unilatérale des États-Unis. Louikens EVARISTE [1] DESCHAUX-DUTARD Delphine, Introduction à la sécurité internationale, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2018, p. 109. [2] DABENE Olivier, « L’intégration régionale dans les Amériques », Les études du Centre d’études et de recherches internationales, Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), 1998, pp.1-47. [3] Op. Cit. [4] Déclaration, Declaration of Bridgetown, Organization of American States, 4 Juin 2002, consultable à l’adresse http://www.oas.org/xxxiiga/english/docs_en/docs_items/agcgdoc15_02.htm. [5] Charte, Charte de l’Organisation des États Américains, signée le 30 avril 1948, entrée en vigueur le 13 décembre 1951, consultable à l’adresse : http://www.oas.org/dil/french/traites_A-41_Charte_de_l_Organisation_des_Etats_Americains.htm [6] Communiqué, Organisation des Nations Unies, Communiqué du 18 janvier 2021, consultable à l’adresse : https://www.un.org/press/fr/2021/sc14413.doc.htm [7]GNANGUENON Amandine, « La régionalisation africaine ou l’émergence d’un nouveau mode de gestion des conflits ? », Les Champs de Mars, vol. 17, n°1, 2005, pp. 75-99. [8] S. NEIL Macfarlane, « La Communauté des États indépendants et la sécurité régionale », Études internationales, Québec, 1995, pp 785–797 [9] GOSSELIN Guy, MACE Gordon, BELANGER Louis, « La sécurité coopérative régionale dans les Amériques : le cas des institutions démocratiques », Études internationales, vol. 26, n°4, 1995, 799–817, disponible sur https://doi.org/10.7202/703528ar, consulté le 12 avril 2021. [10] DREYFUS François-Georges, « La doctrine de Monroe, un impérialisme masqué », article, CLIO, www.clio.fr, https://www.clio.fr/bibliotheque/la_doctrine_de_monroe_un_imperialisme_masque.asp, consulté le 11 avril 2021. [11] Déclaration, Déclaration sur la sécurité dans les Amériques, Organization of American States, 28 octobre 2003, consultable à l’adresse https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&ved=2ahUKEwif__7emYrwAhXHxoUKHQKvDssQFjAAegQIBBAD&url=https%3A%2F%2Fwww.oas.org%2Fcsh%2FCES%2Fdocumentos%2Fce00339f04.doc&usg=AOvVaw0UKVUW8FnxQbCMHWdWlFqw. [12] CAETANO DO REGO MONTEIRO Licio, « Géopolitique de la sécurité en Amérique du Sud : le rôle du Brésil et les dilemmes d’une région en transition », L’espace politique, https://journals.openedition.org, https://journals.openedition.org/espacepolitique/4144, consulté le 10 avril 2021 [13] DIALLO Massaër, « L’intégration régionale face aux défis de la sécurité », article, Jaga, jaga.afrique-gouvernance.net, https://jaga.afrique-gouvernance.net/_docs/l_int_gration_r_gionale_face_aux_d_fis_de_la_s_curit_1.pdf, consulté le 10 avril 2021.